Myélome: avec ou sans chimio?

chimio guerir myelome cancerNombre d’internautes me demandent si je suggère la chimio pour soigner le myélome.
Dans un précédent article sur la chimiothérapie,

Je rapportais différentes études qui tendaient à prouver que la chimio est inefficace et dangereuse.

J’étais un peu gêné de ce réquisitoire (qui n’était pas le mien, même si j’y adhère en partie) car je dois reconnaître que la chimio m’a bien aidé pour guérir du myelome. Avec ce plaidoyer pour la chimiothérapie dans cet article, je rétablis l’équilibre…

Pour le myélome, la chimio peut faire gagner du temps

Très souvent, la lutte contre le cancer est un combat contre le temps.

Guérir le myélome avec une approche holistique ?

La prolifération des cellules cancéreuses est parfois très rapide, et l’état du malade peut se détériorer à grande vitesse.

Vous connaissez maintenant ma « théorie » : la chimio soigne mais seul le patient guérit. Et pour cela, je préconise d’adopter une approche holistique de la maladie.

Mais, si les cellules cancéreuses se propagent à grande vitesse, comment voulez-vous que le malade ait suffisamment de temps pour modifier son hygiène de vie, prendre en compte les raisons psychiques qui l’ont amené à se rendre malade, rééquilibrer son énergie et ses cellules, se reconnecter à la spiritualité ?

Stopper la propagation du myélome avec la chimio?

Pour ma part, j’ai appris l’existence de mon myélome en janvier 2010. Mais il devait certainement s’être déclaré au moins en juin 2009, car je me suis fracturé une côte ce mois-là;  j’ai pensé que c’était suite à un choc, mais le myélome devait déjà être en moi.

Donc, en février, le myelome était déjà à un stade avancé. Il fallait que je réagisse vite. J’ai entrepris de me soigner de façon naturelle au début, et d’avoir cette approche holistique. Mais le myélome gagnait du terrain, il me fallait plus de temps. Après 4 mois, j’ai décidé d’accepter la chimio.

Je pense que j’ai bien fait. De la même manière que Rome ne s’est pas construit en un jour,  je ne me suis pas reconstruit non plus en un jour. Il m’a fallu près d’un an pour comprendre plein de choses sur la maladie. (cf « le déclic » dans mon introduction à télécharger ici).

Pour le myélome, la chimio peut calmer les douleurs

 

Myélome et douleurs osseuses

Je souffrais le martyre à cause de douleurs osseuses engendrées par le myelome. Je ne pouvais plus dormir que sur le dos. Les éternuements en particulier, la toux ou même rire me tordaient de douleur au niveau des côtes. Quand l’oncologue m’a dit qu’après la première cure (4 injections et quelques comprimés), je serais débarrassé de ces douleurs, j’ai trouvé la proposition attirante !

Un jour, j’ai éternué à la piscine alors que j’expliquais un exercice à mes étudiants, et je suis resté souffle coupé près de 30 secondes sans pouvoir prononcer le moindre mot. Ils étaient totalement affolés, et se demandaient bien de quel mal je souffrais.

Les douleurs du myélome soulagées par la chimio

Je crois que c’est ce jour-là que j’ai pris ma décision : « si tu veux continuer à travailler, il va falloir prendre le traitement de chimiothérapie » ai-je pensé.

A posteriori, je crois que la bonne décision aurait été de m’arrêter de travailler pour me consacrer à temps plein à ma santé. Mais je ne prendrais cette décision qu’en septembre 2011.

En tout cas, l’oncologue n’avait pas menti,  la chimio m’a fait beaucoup de bien. Je ne souffrais plus, je pouvais même éternuer tout à loisir. Quoi que, depuis ces évènements traumatisants, j’ai toujours une appréhension maintenant quand je le fais !

En juin 2011, après une fracture d’une vertèbre suite au myélome, j’ai demandé que l’on reprenne au plus vite les injections de chimio, afin de ne plus souffrir! Trois jours après, j’ai eu la chimiothérapie, et les douleurs sont passées d’un coup. Donc sur ce coup-là, merci, la chimio!

Pour le myélome, la chimio peut rassurer

C’est très difficile d’assumer une position anti-médecine conventionnelle. On se fait rappeler à l’ordre (des médecins) par les médecins bien sûr, mais aussi par les proches, et tous ceux qui ont quelque chose à dire sur la maladie, c’est-à-dire presque tout le monde…

Traiter le myélome avec la chimio rassure les autres

Cela met une pression supplémentaire, car elle s’ajoute à celle de la maladie. Je peux vous dire en connaissance de cause qu’il faut être sacrément sûr de soi pour refuser tout traitement.

On vous traite d’irresponsable, d’illuminé, d’inconscient, et d’autres qualificatifs qui ne commencent pas forcément par la lettre « i »             :biggrin:

Donc accepter les chimiothérapies, parfois, on le fait aussi pour les autres, ça les rassure. Ils pensent que l’on est entre de bonnes mains.

Traiter le myélome avec la chimio rassure le patient

Quand je vous ai demandé : « Si vous aviez le cancer, est-ce que vous accepteriez de la chimio? »
Vous avez répondu en grande majorité : « non, je ferais confiance aux thérapies alternatives. »

Le problème, qui n’en est pas un en fait, c’est que vous n’avez pas le cancer, et c’est tant mieux pour vous.

Oui, moi aussi, je pensais ça, surtout que j’avais vu ma première femme décéder après avoir enchaîné les chimios, donc pour moi, il était hors de question de faire la même chose !       :w00t:

Mais voilà, tant que l’on n’est pas confronté à la situation, on ne peut pas du tout savoir comment on va réagir.

Vous savez vous comment vous réagiriez si vous assistiez à un braquage de banque, un détournement d’avion… :ninja:  ? C’est sûr, on s’imagine héroïque, plein de sang-froid et de bon sens, mais peut-être serions-nous totalement en panique, prostré dans un coin ? 

Ben, être confronté au cancer, c’est un peu ça…

Certes, j’ai eu des phases de grand courage, voire d’héroïsme, mais j’ai eu aussi des phases de peur.
Et rentrer dans le droit chemin, faire là où on nous dit de faire, ça rassure il faut bien l’avouer.

Quand mon médecin m’a annoncé que si les cellules cancéreuses gagnaient la moelle épinière, je risquais de ne plus marcher de ma vie, je dois bien dire que j’ai sérieusement flippé ! Surtout pour un sportif comme moi, c’était intolérable à entendre.

Traiter le myélome avec la chimio rassure le médecin

C’est drôle ça non ?

Les médecins oncologues ont souvent très peur pour nous.
Je les égratigne pas mal dans mon livre, mais quelque part, je les comprends. Ils doivent en voir tellement… :what:

Ils ont certainement très souvent à faire à des personnes dont le refus de la chimiothérapie repose sur des aprioris, des représentations faussées, des pseudo-théories infondées.

Je les comprends, parce qu’il doit y en avoir des hurluberlus qui se croient plus forts et plus malins que tout le monde, qui pensent qu’ils vont s’en sortir tous seuls comme des grands.

Mais ces gens-là n’ont souvent aucune philosophie sous-jacente, ils n’ont aucune idée de la manière dont ils vont prendre leur santé en mains, si tant est qu’ils en aient le désir.

Et les médecins sont affolés parce qu’ils savent que ces gens-là vont soit mourir, soit rappliquer tous penauds quelques mois plus tard avec des tumeurs inopérables.

Le problème, c’est qu’ils ne peuvent distinguer dans le lot, les hurluberlus des personnes qui vont vraiment mettre en place leur processus de guérison qui reposera certainement sur l’approche holistique. Mon beau-frère Jacques, qui intervient souvent ici, est de ceux-là : la médecine le condamnait, il s’est guéri tout seul. Mais il avait une vraie démarche derrière. :levitation:

 

Conclusion sur la chimio et le myélome

 

J’aurais donc toutes les raisons de penser qu’il faut absolument de la chimio pour guérir le myélome ou n’importe quel cancer.

La chimio m’a fait gagner du temps pour comprendre le myelome et mettre en place mon système de guérison.
La chimio a soulagé les douleurs du myelome.
La chimio m’a rassuré, a rassuré mon entourage, et mon médecin !

Néanmoins, je reste persuadé que l’on peut s’en sortir sans chimiothérapie, car elle a aussi de multiples inconvénients (voir un prochain article où je retournerai encore ma veste!).

Mais pour cela, il faut que le cancer soit peu avancé, donc que l’on dispose d’un laps de temps suffisant, il faut être capable de mettre en place l’approche holistique, de faire preuve d’énormément de rigueur et de volonté,  de ne pas avoir froid aux yeux et d’être de préférence très croyant !

Alors, convaincu par ce nouveau positionnement ? Qu’en pensez-vous ?

Google Plus

VN:F [1.9.22_1171]
Votez pour cet article
Rating: 4.8/5 (17 votes cast)
Myélome: avec ou sans chimio?, 4.8 out of 5 based on 17 ratings

Téléchargez gratuitement l’introduction du livre "Merci, mon cancer!" et recevez en cadeau 3 e-books!

Remplissez les champs, je garantis la confidentialité de votre email
Prénom  :
Email  :

Mots-clés recherchés:

    {myélome/chimio/plantes qui guerissent le cancer/guerir du myelome/chimiothérapie myelome/guérison myélome/Myélome Guérison 2013/chimio naturelle/peut on guerir dun myelome/peut on guerir du myelome/avancees myelome/REFLEXOLOGIE ET MYELOME/on me fait la chimio pour un myelome sans pic/myelome stade avancé/Myélome quel guerison/myelome premiere chimio/myelome peut on en guerir/myelome multiple traitement naturel/myelome multiple medecine alternative/voyage avec chimiothérapie/}

Merci d'avoir lu cet article d'un chercheur free-lance sur le cancer.
Au plaisir de lire vos commentaires,

Ajoutez dans vos favoris cet article.

13 commentaires pour Myélome: avec ou sans chimio?

  1. méline095 dit:

    Bonsoir Daniel,

    Hé ouiiii ! Tout est une question d’équilibre dans la vie :happy: C’est un peu hors de propos (quoique :whistle: ) mais il y a une phrase de… roulement de tambour…tadam: Jeanne Calment qui m’a marqué: « Dans la vie, on peut profiter de tout mais rai-son-na-ble-ment ! »…
    La chimio fait très peur mais il est vrai aussi que les protocoles ont évolué, l’artillerie semble moins lourde :wassat: et puis, le facteur temps doit effectivement être pris en compte si l’on souhaite avoir une approche holistique complète et rigoureuse.
    Enfin, si la chimio est validée en toute conscience et confiance, cela me semble le plus important… la croyance… celle d’être convaincu que tout ce que l’on fait sera forcément bon pour soi…

    • Daniel dit:

      Bonjour Méline,
      pourquoi pas citer notre (ex) doyenne française!
      Oui, les protocoles ont bien évolué, mais ils réussissent bien à vous mettre à plat quand même.
      Tu as entièrement raison, la croyance est primordiale, ne serait-ce que pour bénéficier de l’effet placébo. J’ai souvent béni mon traitement et on m’a parfois entendu conseiller à des malades, qui disaient qu’on leur injectait une saloperie dans le corps, de rapidement changer leurs croyances! Parce que si on veut diminuer les effets primaires et augmenter les secondaires, on ne peut pas mieux s’y prendre…
      :face:
      Daniel

  2. Nadia dit:

    Hello Daniel,
    une démarche que je comprends tout à fait. Si j’avais le cancer, bien que pensant aussi qu’on peut s’en sortir de manière plus naturelle, je crois que j’accepterais l’aide de la chimio par peur de ne pas m’en sortir et pour mettre plus de chances de mon côté.
    Tu as finalement fait les bons choix puisque tu es avec nous aujourd’hui.
    Je vois que tu t’actives beaucoup avec la sortie de ton livre, c’est ton « starter ».
    A bientôt
    Nadia
    Nadia a écrit récemment…Comment favoriser une bonne santéMy Profile

  3. Bonjour Daniel,

    C’est juste de dire que personne ne sait comment il réagirait dans la situation. :sad:

    Le mot qui revient souvent, c’est PEUR. J’entends que, si la chimio rassure, alors d’une certaine manière elle apaise le stress, ce fameux stress qui est quand même un agent nocif sur la santé. Voilà le bienfait d’une chimio telle que je le comprends dans ton histoire.

    Et si la PEUR, c’était ça le vrai cancer à regarder en face? :cwy: Cathy de Poulettesurlenet a écrit récemment…La relaxation express de Poulette, ou comment relaxer un enfant en 2 minutes?My Profile

    • Daniel dit:

      Bonjour Cathy,
      ah, tes questionnements métaphysiques me manquaient!
      Tu as raison, la peur, comme le doute sont l’arme du diable!
      La peur nous questionne sur notre foi.
       » Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté? » disait Jésus à Pierre qui ne pouvait concevoir qu’on puisse marcher sur l’eau.
      Guérir d’un cancer avec la foi comme seul étendard, c’est un peu ça: accepter notre pouvoir illimité, comme notre capacité à marcher sur l’eau.
      :face:
      Daniel

  4. Philippe dit:

    Salut Daniel

    très difficile de savoir comment nous allons réagir face à une situation extrême, qui nous met devant un danger imminent, le cancer, une autre maladie létale, un braquage, un accident de voiture….. :silly:
    l’approche holistique est bien sûr ce qui me parle au fond des tripes , et j’ai vu tellement de ravages sur la chimio que c’est dur à entendre … pourtant , avec le recul , les gens que j’ai cotoyé partaient vaincus d’avance.
    Le mental change la donne , et si la chimio est un outil parmi d’autres , qui sait ?

    j’ai connu des situations extrèmes , mon esprit a réagi instinctivement , et je n’ai pas réfléchi à une méthode ou une autre .
    L’important est de sortir du mauvais pas. Et d’en tirer les leçons . :wink:
    Ensuite, peut-être , nous saurons éviter de retomber dans les mêmes erreurs qui nous ont conduit à développer tel ou telles maladies.

    MErci de partager ton vécu .

    a très vite , brother
    Phil
    Philippe a écrit récemment…Exercice pratique Accords ToltèquesMy Profile

    • Daniel dit:

      Salut Phil,
      dans l’approche holistique, il y a l’aspect physique et donc physiologique.
      Je pense qu’on peut reprogrammer les cellules plutôt que les éradiquer, mais ce n’est pas à la portée de tous. La technique si, mais le concept non.
      Donc si ce n’est pas à notre portée, la chimio peut aider à soigner l’aspect physiologique. Mais l’amour et la foi aussi, mais j’aurais du mal à le prouver (surtout en quelques lignes)!
      Salute mon frère :tchin:
      Daniel

  5. Lysiane dit:

    Très cher Daniel,
    il est juste que nous avons un rôle essentiel à jouer dans notre guérison puisque, j’en reste persuadée, c’est aussi nous qui provoquons nos maux…
    Seulement je serai très directe quant à ma réponse : « oui, il faut absolument consulter quand il en est besoin. »
    Tant que nous ne maîtrisons pas entièrement l’efficacité de notre pouvoir, il est important de se faire aider, que ce soit par des solutions alternatives mais aussi, par la médecine traditionnelle.
    Tous les magnétiseurs et guérisseurs le disent bien : « nos soins sont complémentaires et en aucun cas vous ne devez arrêter vos traitements », c’est l’écriteau que nous retrouvons sur leurs sites, et ce n’est pas moi, en tant que guérisseuse qui prônerait l’inverse.
    Le jour où nous saurons manifester pleinement notre plein pouvoir, verra certainement naître d’autres écriteaux, mais le temps n’est pas encore venu.
    Par contre, il me semble primordial, d’associer une médecine alternative en complément d’un traitement lourd, ne serait-ce que pour diminuer les effets indésirables mais aussi pour augmenter la rapidité d’action.
    A bientôt pour d’autres articles tout aussi intéressants et instructifs.
    Lysiane
    Lysiane a écrit récemment…Etre heureux au quotidienMy Profile

    • Daniel dit:

      Très chère Lysiane,
      entièrement d’accord avec toi, cela rejoint complètement la réponse que j’ai faite à Cathy.
      D’accord aussi sur la médecine alternative pour pallier aux effets secondaires de la chimio. Voir ici. :face: Daniel

  6. Jacques Pertuiset dit:

    Daniel, j’aime beaucoup cet article car tu y partages ton vécu, ce qui à été juste pour toi. Je peux y ressentir ta souffrance, ta détresse, tes choix, ta victoire, ton engagement au partage et à la compréhension….Qui pourrait remettre tout cela en question? sûrement pas des extrémistes! chaque cas est à analyser avec soin . Pour moi, comme le dit si bien Philippe: « mon esprit a réagi instinctivement , et je n’ai pas réfléchi à une méthode ou une autre » . La vie m’a guidée, elle m’a fait échapper à l’opération, dans un premier temps, simplement parce-que nous devions déménager à la fin du mois et que je ne pouvais pas laisser ma femme et ma fille le faire toute seule, puis d’événements en événements, de thérapies en thérapies, je suis toujours là 7 ans après. Ce fut un grand voyage avec de très belles rencontres; »merci mon cancer ».
    Jacques

    • Daniel dit:

      Salut Jacques,
      Bernard Gireaudeau disait que le cancer est un voyage. C’est tout à fait ce que tu dis. Dommage que le sien se soit mal terminé.
      Se fier à ses intuitions, à son médecin intérieur, c’est primordial.
      Salute :tchin:
      Daniel

  7. Patrice dit:

    j’ai trouvé vos articles et réponses très intéressants. Je me trouve aujourd’hui à la croisée de deux chemins, poursuivre chimiothérapie et radiothérapie + ablation de l’estomac ou bien tenter une méthode alternative. Sachant que j’ai déjà subi 4 séances de chimio thérapie qui ont eu, pour moi également, pour effet de supprimer toute douleur au niveau de l’oesophage et m’a permis de remanger non seulement normalement , mais de manger tout court.
    Cependant à force de chercher des informations sur les traitement je finis par douter de l’efficacité de la médecine « officielle » et de ses options assez inquiétantes pour mon avenir.
    J’avoue que je suis assez perplexe car il est quasi impossible de trouver des informations impartiales sur les différentes méthodes pour combattre un cancer. Mon pauvre petit esprit cartésien se satisferait de statistiques publiée sur la base de tests dont on pourrait vérifier les sources et la véracité des résultats. Mais que nenni.
    Dans tous les cas je trouve de articles partisans, très intéressants , mais partisans.
    Je finis par me dire que la bataille contre le cancer est plus une affaire de croyance que de science. Je me dis aussi que depuis le temps qu’on cherche à soigner cette maladie , il doit bien y avoir des chiffres »objectifs » quelque part, et que si il est si difficile de les trouver, c’est qu’ils ne doivent pas être si favorables que cela.
    Donc dans tous les cas je reste avec ma perplexité et mon désir de vérité inassouvi.
    Il ne me reste plus qu’à croire en l’une ou l’autre des options et m’y jeter à corps perdu (ou gagné, j’espère) en souhaitant d’avoir fait le bon choix et qu’il ne soit pas trop tard ensuite pour se tourner vers une autre si la 1ère ne marche pas.
    Je vais peut-être essayer Lourdes, si cela ne marche pas , comme disait Coluche , il me restera Lisieux pour pleurer.
    Merci en tout cas pour vos commentaires.

    Una mattina , mi sono alzato ,
    O bella ciao , bella ciao, bella ciao, ciao , ciao
    Una mattina mi sono alzato et o trovato l’invasor.

    Ciao tutti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 3 = 4

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge
:wub: :wink: :whistle: :what: :wassat: :w00t: :unsure: :tongue: :tchin: :smile: :sleeping: :silly: :sideways: :sicky: :sick: :shocked: :sad: :pouty: :pinch: :ninja: :nervous: :lol: :levitation: :heart: :happy: :getlost: :face: :ermm: :dizzy: :devil: :cwy: :cool: :cheerful: :bounce: :blush: :blink: :biggrin: :angry: :angel: :alien: