Décodage biologique: le cancer du foie

Le décodage biologique consiste à démonter les mécanismes de la somatisation, que l’on pourrait définir comme la stigmatisation dans son corps d’un traumatisme émotionnel.*

Aujourd’hui, je vous propose de poursuivre notre étude du décodage biologique des cancers du système digestif, avec le cancer (et autres maux) du foie.

 

* superbe définition de Daniel Bornstein que l’on peut retrouver dans le livre « Merci, mon cancer! »  :biggrin:

Décodage biologique du cancer du foie

Le foie est la glande la plus volumineuse du corps.

Il joue un rôle essentiel dans la digestion par la sécrétion de la bile, et assure aussi le filtrage du sang.

Les maux du foie renvoient donc, d’une part aux maux de la vésicule biliaire, et d’autre part aux maladies de sang (leucémie, myélome…).

 

Comment se développe un cancer du foie selon le décodage biologique:

 
Le foie est connu pour être le siège de la colère et de la peur.

Les personnes qui n’expriment pas ces deux sentiments ont une fâcheuse tendance à les reporter sur le foie.

La plupart du temps, cette colère vient du fait que ces personnes voudraient changer les autres car elles ne supportent pas leurs attitudes.  

Parfois, elles n’arrivent pas à digérer une crasse qu’on leur a faite. On retrouve ici, comme pour les intestins, la difficulté à digérer quelque chose,  mais cette fois, elle s’exprime avec de la colère refoulée.
La colère témoigne très souvent d’une peur à laquelle on n’a pas trouvé d’autre moyen de défense. Pensez aux animaux qui deviennent agressifs parce qu’ils ont peur.

Le foie exprime donc également les peurs :

Ne dit-on pas « j’ai les foies !» ?

Quelles sont ces peurs ? Ce sont des peurs ancestrales : peur de manquer de l’essentiel, peur de ne pas avoir assez à manger, peur de manquer d’argent, peur de se faire avoir (notamment par un membre de sa famille).

Christian Flèche associe ainsi des mots qui ont tous la même initiale (ce qui pourrait constituer un bon moyen mnémotechnique !) :  Foie, Famille, Fric, Faim, Famine.

De la même manière, les tumeurs au foie peuvent être le signe évident de la peur de manquer, puisque l’individu crée des cellules tumorales hépatiques qui  stockent  tout ce qu’elles peuvent…

Il serait très intéressant de travailler en psychogénéalogie pour savoir d’où viennent ces peurs ancestrales, ou avec Ho’oponopono pour se libérer des mémoires inconscientes.

Un autre symptôme classique est la crise de foie.

Vous avez certainement entendu parler du parallèle entre ces deux homonymes Foie et Foi. En fait, je découvre qu’il faudrait dire homophones (et non homophobes Mme Frigide Barjot !).

Ce n’est pas par hasard. On a vu précédemment que les maux du foie sont à rapprocher des maladies de sang. Or, en décodage biologique, le sang renvoie à la notion de sens de la vie (sang/sens).

Les personnes, comme moi, qui développent un problème sanguin ont en effet perdu la joie de  vivre, ils sont emplis de frustrations, n’ont plus confiance en la vie, ils ont perdu tout son sens     :cwy:  

Petite anecdote pour illustrer: un ami était le fils « indigne» d’une relation entre sa mère et un prêtre. Ce dernier, amoureux, a bien failli quitter l’église pour se marier avec elle, mais il ne voulait pas renoncer à sa profession (de foi).
Il a fini par se résigner à rester ecclésiastique, mais c’était au prix d’une douloureuse concession.

Vous pouvez imaginer la crise de foi qu’il a  vécu…

Plus tard, mon ami a appris qu’il était atteint d’une hépatite B, la crise de foi lui avait été transmise en quelque sorte (d’où l’intérêt encore du travail en psychogénéalogie).

Le cancer du foie est l’expression ultime de cette crise de foi, donc de confiance en la vie: les personnes éprouvent un énorme sentiment de découragement, d’abattement, voire de désespoir.

La vie pourrait être « si rose » et la personne la voit si noire… Si ce n’est pas le cancer du foie, ce pourrait bien être la cirrhose qui se développe.

Mais la toile de fond est toujours la même: il y a toujours une colère sous-jacente. Les autres m’insupportent, mais c’est parce qu’ils me traitent comme je les traite moi-même, avec irrespect, jalousie et agressivité.

 

Solutions pour tendre vers la guérison du cancer du foie :

Je m’accepte, j’apprends à m’aimer davantage.

J’accepte les autres, j’apprends à les aimer davantage.  Les autres ne sont que le reflet de moi-même, c’est l’image que renvoie le miroir. Aussi, j’arrête de les juger, et de les critiquer, car en le faisant, je me critique moi-même. Et par la même occasion, j’envoie des pensées très négatives qui me reviennent, c’est l’effet boomerang.
J’apprends à me respecter et respecter les autres.

J’accepte la vie telle qu’elle est, j’apprends à l’aimer davantage.

Prochain article : le cancer de la rate, de la vésicule biliaire et du pancréas.

Convaincu par ce second article sur le décodage biologique?

Laissez-moi un commentaire ci-dessous, je me ferai un plaisir d’y répondre.

N.B: j’ai réalisé cette étude en m’appuyant sur mon expérience ainsi que sur quatre ouvrages :
Le grand dictionnaire des malaises et des maladies , de Jacques Martel ; Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi , de Michel Odoul ; « Décodage biologique des maladies » de Christian Flèche et « Ton corps dit « aime-toi »" de Lise Bourbeau (un ouvrage de plus que la dernière fois, dans le souci de vous apporter toujours plus de qualité dans mes articles)

credit image: belive-and-faith par useitinfo

Google Plus

VN:F [1.9.22_1171]
Votez pour cet article
Rating: 4.7/5 (10 votes cast)
Décodage biologique: le cancer du foie, 4.7 out of 5 based on 10 ratings

Téléchargez gratuitement l’introduction du livre "Merci, mon cancer!" et recevez en cadeau 3 e-books!

Remplissez les champs, je garantis la confidentialité de votre email
Prénom  :
Email  :

Mots-clés recherchés:

    {decodage biologique foie/décodage biologique leucémie/yhs-elex_22find/decodage foie/symbolique foie biologie totale/symbolique du foie/LECTURE BIOLOGIQUE DU foie/le mal a dit hépatite B/cause biologique cancer foie/decodage biologique nodule au foie/cancer du foie la colère/decodage biologique foie gras/cancer foie decodage/czncer du foie la colere/biodécodage foie/}

Merci d'avoir lu cet article d'un chercheur free-lance sur le cancer.
Au plaisir de lire vos commentaires,

Ajoutez dans vos favoris cet article.

18 commentaires pour Décodage biologique: le cancer du foie

  1. Jacques Pertuiset dit:

    Très intéressant en ces jours ou je suis en colère, un peu plus que d’habitude suite à une scène que j’ai joué en théâtre thérapeutique et qui l’a libérée un peu plus!
    Ho’oponopono, je connais et je trouve cela super, magnifique. Je devrais le pratiquer plus souvent.
    Merci pour ces informations et tes recherches bien ciblées.
    Jacques

  2. Goarin dit:

    Bonjour Daniel,
    Ah Daniel ! Merci pour ce que je prends comme une délicate attention à mon égard…Au fond tu me donnes là des réponses et des raisons d’aimer enfin, je comprends mieux maintenant qui était ce père, étrange, énigmatique, tellement violent et tourmenté, qui me terrorisait.
    Je pleure, des larmes d’enfant ce matin sur mon clavier…
    C’est une confirmation, des mots, un diagnostique que je n’osais au fond pas m’avouer, une charge émotionnelle que je porte en moi depuis si longtemps, une sourde incompréhension, un « noeud marin » laissé là sur le port, quelque part du côté des Côtes d’Armor…
    Je suis un peu peut être, entrain de finir de dénouer, de tirer le fil d’une banale histoire familiale, de briser enfin le dernier maillon de la chaîne de la violence, de celle que l’on s’inflige…
    Si partir c’est mourir un peu, j’ai passé ma vie jusqu’ici à partir…
    Merci Daniel pour ce décodage, pour ce moment intime de vérité, qui va continuer de me libérer de cette culpabilité d’enfant, qui n’a jamais compris au fond pourquoi ce père était si différent des autres.
    Je pleure mais sans tristesse, je renais sans nul doute un peu plus à la vie !
    Robert

    • Daniel dit:

      Bonjour Robert,
      Merci à toi pour ce bouleversant témoignage et pour ta prose si délicate.
      Je n’ai pas écrit cet article spécialement pour toi, mais je me rappelais que ton père était parti d’un cancer du foie. Aussi je te le dédicace!
      Les bretons sont hélas des bons clients pour les maladies, car ce sont des taiseux, des gens qui n’expriment pas leurs sentiments et encore moins leurs souffrances (mais c’est un peu le cas de beaucoup de personnes de l’ancienne génération).
      Et quand ils ne supportent plus leur solitude et leur tristesse, certains vont jusqu’à se pendre (j’ai été sidéré d’entendre autant d’histoires de mort par pendaison dans cette région).
      D’après ton 1er commentaire, ton père était du genre à exprimer sa colère puisqu’il était très violent, mais ça ne l’a pas empêcher de reporter cette colère sur le foie. Il faudrait, comme tu dis, dénouer l’histoire familiale, pour comprendre d’où lui venait cette colère, finalement jamais assouvie.
      Je pense bien à toi.
      salute :tchin:
      Daniel

  3. Jean-Louis dit:

    Bonjour Daniel,

    J’aime beaucoup la solution que tu proposes.
    Elle va non seulement aider à éviter les problèmes de foie, mais si cette nouvelle foi se fait nôtre, elle va contribuer aussi à notre bien-être général, à voir la vie et les gens qui nous entourent d’une toute autre manière.

    Bonne continuation, …
    Jean-Louis
    Jean-Louis a écrit récemment…Être bien dans sa peau, bien dans sa tête, les secrets du bien-êtreMy Profile

    • Daniel dit:

      Salut Jean-Louis,
      C’est une solution universelle!
      S’aimer, aimer les autres, aimer la vie…L’amour est l’antidote à tous les poisons de la vie.
      Le livre, le blog, pourraient en fait se résumer en un mot « AIMEZ » :wub:
      Salute :tchin:
      Daniel

  4. Nadia dit:

    Bonsoir Daniel,
    Je savais que le foie était le siège de la colere mais je n’avais pas fait le lien avec la foi.
    Chez moi l’expérience est souvent directe, quand j’ai une grosse colère j’ai vraiment envie de vomir. Heureusement qu’avec le temps et du travail sur moi j’ai de moins en moins de colère et beaucoup moins forte.
    Merci pour ces « traductions » du langage des maladies.
    Nadia
    Nadia a écrit récemment…Comment méditer pour combattre le stressMy Profile

  5. Sophie dit:

    Bonjour et merci pour cet article très interessant.
    J’ai perdu mon frère il y a 6 ans.
    Il était hémophile ( maladie de sang) et à l’âge de 6 ans un coup dans le dos a provoqué un éclatement du foie. Son hémophilie a nécessité qu’on le transfuse et à l’époque cela a occasionné la transmission du virus de l’hépatite C qui a évolué au bout de trente ans en cancer du foie.
    Je trouve donc beaucoup d’informations dans le décodage que vous donnez, notamment peut-être sur le sens de la vie perdu. Cependant, là où je comprends moins c’est que mon frère était quelqu’un de profondément affable, très dévoué, peut-être ultra dévoué. Et reconnu pour cela. Peut-être était ce sa façon d’exorciser cette colère?
    J’aurais aimé qu’il ait ces outils dont vous parlez, et votre livre entre les mains.
    Mais son chemin de vie était celui-ci certainement.
    Néanmoins, merci beaucoup pour votre explication.

    • Daniel dit:

      Bonjour Sophie,
      Sois la bienvenue ici!(où le tutoiement est de mise)
      Désolé pour ton frère.
      Il est parfois difficile de savoir quand les personnes refoulent leur colère, puisque justement ils n’en laissent rien paraître.
      Peut-être en voulait-il au monde entier de ne pas avoir eu de chance dans son enfance, de ne pas pouvoir vivre sereinement comme les autres ?
      Etait-ce une hépatite C (anodine) ou B (plus grave)?
      Parfois la colère ne nous appartient pas, mais reste gravée en nous; voir ce que j’ai écrit sur la crise de foi ou ma réponse à Goarin à ce sujet.
      Merci pour tes encouragements. :face:
      Daniel

      • Sophie dit:

        Merci Daniel.
        Je ne connais pas la forme d’hépatite dont mon frère était atteint, navrée.
        En tous cas, je te remercie infiniment, vraiment et voilà pourquoi :
        tu viens peut-être d’éviter à mon petit garçon de 10 ans bien des désagréments.
        Je m’explique : effectivement, mon frère était en colère après la Vie je pense, d’avoir été si tôt victime de cet accident, qui lui a occasionné beaucoup d’hospitalisations, d’opérations, de graves soucis de santé et l’a en quelque sorte empêché de vivre sa vie comme un homme « normal ». C’est ainsi en tous cas qu’il l’a vécue. A la fois à cause de son éclatement du foie, mais aussi à cause de l’hémophilie.
        Et en te lisant, tu m’a fait prendre conscience que mon petit garçon a la même attitude face à son hémophilie qui l’empêche de faire du rugby, du judo, et tout ce qu’il voudrait faire comme les copains qui lui/leur donne une forme de petite confiance masculine. Il a la même colère face à la Vie.
        D’autant qu’il n’a pas été épargné par la douleur familiale du décès de son tonton, et qu’inconsciemment, du fait de leur hémophilie commune, une corrélation s’est faite entre eux.
        Donc, je vais m’atteler à cela, l’approcher avec mon petit bout de chou.
        Alors merci pour cette prise de conscience, merci pour mon fils Daniel.
        (sinon, c’est Sophie mon prénom. Sophie=sagesse, j’en suis loin,mais je m’y consacre :-D …je plaisante).
        Amicalement

        • Daniel dit:

          Très heureux d’avoir pu te donner des pistes de réflexion.
          Par contre, cette discussion me semble très importante aux vus des nouveaux éléments que tu me donnes, et tu pars direct pour la FAQ!

  6. Hello Daniel,

    Sophie parle de son fils…hémophile comme tonton…

    J’ai une sœur du côté de mon père atteinte d’une maladie auto-immune du foie…mon grand-père avait une leucémie, ma mère atteinte d’une maladie du sang également, qui la met dans l’anémie tout l’temps…mais qu’est-ce qu’on s’trimballe comme casseroles alors?

    Je vois de plus en plus l’évidence d’aller décrypter ces messages transgénérationnels pour mieux regarder le mal en face, y mettre des mots guérisseurs avant que les maux ne nous emportent!

    Depuis la lecture de ton livre, je reprends l’exercice d’Ho’o…comme pour ramener dans mon aura une vague d’amour qui recouvre tous ces liens douloureux qui m’habitent.

    Belle journée à toi Daniel…
    Cathy de Poulettesurlenet a écrit récemment…Vous êtes plus belle que vous ne le pensez…et Poulette aussi!My Profile

    • Daniel dit:

      Hello Cathy,
      voilà un message qui tombe bien!
      Regarde cet aprèm, l’article va te parler sûrement…
      Rien de ton côté? Et Poulette ne se fait pas du mauvais sang? :lol: Tant mieux, mais je te conseille effectivement d’aller fouiner dans ton histoire. :face: Daniel

  7. Hermant Brigitte dit:

    Bonjour tous,
    je découvre ces lectures avec grand intérêt, très grande curiosité.
    Je vous poste le message que j’ai envoyé à Daniel, et sa réponse.
    Vous souhaite d’agréables moments ^^

    moi : « Voilà de la lecture pour les prochains jours, grand merci.
    J’ai moi-même été touchée par le cancer avec rechuteS, ça a commencé en
    1995, et je viens de terminer une hormonothérapie, aussi j’ai compris que j’ai à
    aiguiller ma vie afin de limiter un nouveau risque de re-re-re … chute.
    Je m’intéresse au magnétisme, je médite, et bien que j’arrive joyeusement
    à 57 ans je démarre une thérapie de type gestalt, ce n’est pas facile, plutôt
    douloureux, mais j’ai conscience qu’il est grand temps de regarder mon
    passé face, que je ne peux plus me mentir, je pense que mon corps ne le
    supporte plus, doucement j’accepte et je lâche prise.
    Donc au plaisir de vous lire.
    La vie est belle. »

    Daniel : « La thérapie est douloureuse, certes, car à chaque pelure d’oignon succède
    une nouvelle couche de pelure d’oignon, juqu’au moment, où il n’y aura plus d’oignon… mais toujours moins douloureuse que d’être meurtri dans sa chair,
    d’endurer les chimios et autres festivités! « 

    • Daniel dit:

      Houlà,
      si on met en commentaire la correspondance privée, il va falloir que je fasse encore plus attention à ce que j’écris :happy: No pb, Brigitte, tu as bien fait, ton parcours doit être partagé. :face: Daniel

  8. Laurence dit:

    Bonjour,

    Je suis arrivée sur ce site en faisant une recherche sur le décodage biologique du cancer du foie. J’ai lu quelques ouvrages de Christian Flèche et même si je trouve l’analyse pertinente et convaincante, certaines choses heurtent mon adhésion totale à ce paradigme du décodage biologique.

    Je viens de perdre ma chienne berger Allemand âgée de 8 1/2 ans d’un cancer du foie. Or cette petite bête n’avait aucun conflit de peur ou de désespoir. Jusqu’au bout, elle avait en elle une vraie joie de vivre. Même pendant ses dernières semaines difficiles, elle continuait à jouer, à me demander de lui lancer sa balle. C’est une chienne qui n’a manqué de rien, qui avait sa place, plutôt harmonieuse et sans conflit hiérarchique, dans la famille et au sein des autres animaux. J’ai aussi perdu d’autres animaux très chers de maladies toutes aussi fatales… j’en viens à penser que la génétique a aussi un rôle à jouer. Si je reprends le cas de cette chienne berger allemand, c’était mon cinquième berger allemand et mon deuxième berger allemand à poils longs femelle. La première avait vécu avec une insuffisance pancréatique déclenchée avant l’âge d’un an, et cette seconde ce fût le cancer du foie fulgurant. Tous les bergers allemands que j’ai eu, ont tous eu des sensibilités au niveau du foie ou des intestins voir les deux.

    Certains avancent la théorie que les animaux proches de nous vivent à notre place nos conflits, en captant certaines de nos émotions. Cela expliquerait que nombre de nos animaux domestiques développent des cancers. Bien qu’on ne puisse vérifier dans la nature si le pourcentage d’animaux confrontés à ce genre de maladie est similaire, puisqu’un animal malade est rapidement éliminé par mère nature.

    J’aimerai avoir votre avis sur le sujet. merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 − 4 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge
:wub: :wink: :whistle: :what: :wassat: :w00t: :unsure: :tongue: :tchin: :smile: :sleeping: :silly: :sideways: :sicky: :sick: :shocked: :sad: :pouty: :pinch: :ninja: :nervous: :lol: :levitation: :heart: :happy: :getlost: :face: :ermm: :dizzy: :devil: :cwy: :cool: :cheerful: :bounce: :blush: :blink: :biggrin: :angry: :angel: :alien: